Sur le A-6 Intruder

Le Grumman A-6 Intruder entra en service dans l'aéronavale américaine en 1965. Il fut conçu pour remplacer les Grumman F9F Panther et les A-1 Skyraider alors en service comme avions d'attaque au sol sur porte-avions. Le but recherché était d'obtenir de bonnes performances tout-temps à haute vitesse subsonique et de porter des charges plus importantes tout en gardant une taille compatible avec les exigences de l'espace à gérer sur un porte-avions. L'US Navy possédait déjà le très capable North American A-5 Vigilante, mais sa taille le rendait encombrant sur un porte-avions. Tant qu'au Douglas A-4 Skyhawk, il pouvait porter une charge utile importante en comparaison à ses dimensions modestes, mais ce n'était qu'un appareil d'attaque de jour et par beau temps.

Chargement de bombes classiques ASU-82 sur le A-6. Une version de la bombe Mk-82, mais freinée par parachute

L'appareil fut doté d'une voilure renforcée capable de porter une variété de charges conventionelles et guidées, de même que des réservoirs supplémentaires de carburant pour de plus longues missions. La caractéristique essentielle de l'A-6 Intruder est dans son avionique tout-temps qui lui permet d'être à l'aise dans des frappes aériennes. Elle comprend l'utilisation d'un radar air-sol pour la navigation aux instruments en très basse altitude, et ultérieurement un système de pointage laser pour bombes guidées. De surcroit, le pilote pouvait bénéficier d'un navigateur-bombardier pour tout ce qui a trait à la navigation, le repérage et le largage des bombes, ce qui lui permettait de se concentrer sur son pilotage. Pour sa protection, le A-6 porte un système de contre-mesures électroniques pour leurrer les signaux des missiles sol-air. Il fut le premier appareil de l'US Navy à pouvoir larguer des munitions guidées au laser en les guidant lui-même. Le système de pointage des bombes était géré pour la première fois par un ordinateur de vol. Après avoir pressé le bouton de largage sur le site à bombarder, les bombes n'étaient relàchées que si l'ordinateur avait calculé l'angle exacte de largage par rapport à l'angle d'attaque de l'appareil. Le seul ennui à bord d'un A-6 Intruder était que les charges portées en pylones créaient énormément de trainée et augmentaient la consommation en carburant. Mais comme la plupart des appareils embarqués de l'US Navy, le A-6 pouvait être ravitaillé en vol. Pour effectuer ses attaques en "zones contestées", le A-6 devait être escorté de chasseurs, car il n'avait aucun moyen de défense air-air.

Le cockpit du A-6 Intruder. Remarquez les sièges côte-à-côte

Le A-6 Intruder a participé à toutes les actions aéronavales militaires américaines durant la Guerre froide. Il fut utilisé durant la Guerre du Vietnam, durant le raid raté sur Beyrouth (ou ils furent envoyés de jour avec le soleil dans les yeux…), au Panama, durant la campagne du Golfe persique, durant le raid en Somalie, en Bosnie, et récemment en Serbie. Il fut retiré en 1997 et remplacé par le F-18. Son fuselage très solide donna naissance à une variation dédiée exclusivement à la lutte anti-missiles et au brouillage tactique: le EA-6 Prowler

____________________

Haut

Ó JPA Sites, 2000